DOMINION


DOMINION
DOMINION

DOMINI

Le terme de dominion, au contenu juridique vague à dessein, est né en 1867 à l’occasion de la fondation de la Fédération canadienne et de la dévolution à son gouvernement central de la souveraineté interne. Il n’entre dans la titulature royale qu’en 1901, à l’avènement d’Édouard VII, et s’applique encore à toutes les parties de l’empire, l’Inde exceptée. Progressivement, il a été réservé aux territoires dotés sous l’autorité de la Couronne d’une totale autonomie interne et qui accédaient à une dignité particulière. Ce fut le cas de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande en 1907, de l’Union sud-africaine en 1910, de Terre-Neuve en 1917 (jusqu’en 1949, date de son intégration au Canada), de l’État libre d’Irlande (Eire à partir de 1937) jusqu’à sa sécession de 1949. Normalement, après la décolonisation de 1947, l’Inde et le Pakistan auraient dû accéder à ce statut.

En fait, celui-ci avait considérablement évolué. En 1914 encore, le roi George V n’avait tenu compte d’aucune espèce de souveraineté externe des dominions et les avait engagés dans le conflit par sa seule déclaration. La Grande Guerre vaut une véritable promotion aux dominions: ils accèdent à la reconnaissance internationale de leur identité, sont admis à la Conférence de la paix, dans une délégation impériale, et dans la Société des Nations. La fiction de leur dépendance n’est plus défendable. En 1926, une Conférence impériale en prend déjà acte et, après celle de 1930, le statut de Westminster crée un Commonwealth britannique des Nations qui s’inspire largement du rapport Balfour de 1926: les dominions y sont définis, à égalité avec le Royaume-Uni, comme des «communautés autonomes dans le sein de l’Empire britannique, en aucun point subordonnées l’une à l’autre sous quelque aspect de leurs affaires intérieures ou extérieures, bien qu’unies par une commune allégeance à la Couronne».

Le souverain britannique est le seul lien visible. Son conseil privé intervient en particulier à l’occasion d’appels judiciaires. Par ailleurs, le Parlement de Londres, dont la législation de 1931 a dû être approuvée par chacun des dominions, est encore instauré gardien de dispositions constitutionnelles internes, ainsi en a-t-il été de l’acte fédéral canadien de 1867 (jusqu’au «rapatriement de la Constitution canadienne», en 1982). Depuis 1907, une section spéciale du ministère des Colonies est chargée des affaires des dominions, et, à partir de 1929, on lui substitue un véritable ministère des Dominions.

Le statut de dominion signifiait, dans l’esprit de ceux qui ont cherché à le préciser et à l’étendre à d’autres contrées, bien davantage que la codification de droits et de responsabilités. Il impliquait au départ l’union des peuples britanniques (ou apparentés) d’au-delà des mers pour constituer le grand pilier des «nations sœurs» d’un Empire anglo-saxon; l’Angleterre a rêvé de partager avec ses dominions le poids d’une défense devenue pesante pour un «Titan fatigué». Il s’agissait aussi d’éviter les tentations centrifuges, puissantes dès 1867 dans un Canada par trop proche des États-Unis et déjà présentes dans le Pacifique dès l’entre-deux-guerres. Pour obtenir la solidarité de tous, les conférences impériales (appelées avant 1907 «coloniales») ont réuni régulièrement les Premiers ministres des dominions et on a pris soin de consulter régulièrement ceux-ci avant toute décision grave: dans les années 1930, la Nouvelle-Zélande s’oppose longtemps avec succès à la reconnaissance officielle du régime franquiste en Espagne, et, lors de la grave crise de 1936, les gouvernements des dominions appuient le cabinet Baldwin en rejetant l’idée du mariage de «leur» roi Édouard VIII avec Mrs. Simpson. En 1939, ils ont à prendre eux-mêmes la décision de l’entrée en guerre, que refuse le seul État libre d’Irlande.

La décolonisation qui a suivi la Seconde Guerre mondiale pose un nouveau problème. Les nationalistes de l’Inde, depuis 1907, avaient rêvé d’accéder au statut de dominion et avaient même obtenu, par exemple en 1917, des promesses formelles en ce sens. À partir de 1947, leur état d’esprit n’est plus le même. Pour sauver l’unité de l’empire et préserver des liens avec les anciennes dépendances, l’imagination d’Ernest Bevin et de Nehru aidant, on en vient à la conception d’un nouveau Commonwealth, qui ne serait plus «britannique» et dont les membres ne devraient plus nécessairement allégeance au souverain anglais: celui-ci se contenterait du titre de «chef» (head ) et ne régnerait pas sur des républiques en formation. Il convient donc de séparer désormais, à partir de 1949, le statut de dominion, tel qu’il a été défini en 1931 et dans lequel le roi ou la reine d’Angleterre est un monarque, de celui de membre du Commonwealth des Nations.

Parmi les anciens dominions, l’évolution est aussi sensible: après la désertion de l’Irlande du Sud en 1949 et la fusion de Terre-Neuve et du Canada, leur nombre a diminué. En 1961, l’Union sud-africaine, devenue indésirable aux yeux de nombre de ses partenaires, fait également sécession et se transforme en république. Cependant, malgré les tentations républicaines qui ont pu se faire jour, il subsiste trois dominions au début de 1995: le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

dominion [ dɔminjɔn ] n. m.
• 1869; mot angl. « domination, puissance », appliqué au Canada en 1867
Ancienne colonie britannique de peuplement européen, pourvue d'un gouvernement responsable, aujourd'hui État politiquement indépendant au sein du Commonwealth. Dominion de Nouvelle-Zélande.

dominion nom masculin (anglais dominion) Nom donné aux États indépendants membres du Commonwealth. ● dominion (homonymes) nom masculin (anglais dominion) dominions forme conjuguée du verbe dominer

dominion
n. m. Chacun des pays autrefois sous la tutelle du Royaume-Uni et actuellement membres du Commonwealth en pays libres et indépendants.

⇒DOMINION, subst. masc.
A.— État membre du Commonwealth britannique, politiquement indépendant, uni à la couronne britannique par des liens particuliers. Le dominion sud-africain, les gouvernements des dominions. Les représentants des dominions (FOCH, Mém., t. 2, 1929, p. 144). Ce héros de l'indépendance du Transvaal devenu chef du gouvernement d'un dominion de sa majesté, ce boer habillé en général (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 16) :
L'Angleterre a besoin de nous. Mais elle a une doctrine. Elle va à petits pas, d'une manière réfléchie. (...). Sa doctrine, c'est de rétablir l'équilibre économique du monde et de maintenir ses liens avec ses dominions.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 13, 1920-22, p. 194.
Rem. Le mot s'est appliqué d'abord ,,aux pays qui constituent le Canada`` (LITTRÉ).
B.— P. ext. Pays colonisé. Il a dit en plaisantant que l'Angleterre était le principal dominion de l'Écosse (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 60).
Prononc. et Orth. :[]. Lar. encyclop. propose de prononcer, eu égard à l'origine du terme, [... œn]. Étymol. et Hist. 1872, 8 sept. (Journ. offic., p. 5910, 3e col. ds LITTRÉ Suppl.). Angl. Dominion titre donné aux États autonomes membres du Commonwealth, en particulier au Canada dep. le 1er juill. 1867 (Act. 30 & 31 Vict., c. 3, § 3 ds NED Suppl. : The Provinces of Canada, Nova Scotia, and New Brunswick shall form and be One Dominion under the name of Canada) et à la Nouvelle Zélande le 28 sept. 1907; m. angl. ca 1430 « domination, puissance », 1512 « domaine placé sous l'autorité d'un seigneur », empr. au m. fr. dominion « domination » (1338 [ms. XIVe s.] G. DE DIGULLEVILLE, Fleur de lys, 919, leçon ms. B, éd. ds Romania t. 62, 1936, p. 347), adaptation du lat. dominium, v. domaine. Fréq. abs. littér. :16.

dominion [dɔminjɔn] n. m.
ÉTYM. 1869, in Höfler; mot angl. signifiant « domination, puissance », du lat. dominium (→ Domaine), appliqué pour la première fois par le Parlement britannique au Canada en 1867.
Chacun des États, aujourd'hui indépendants, qui composent l'Union britannique et dont la politique extérieure dépendait du Royaume-Uni. Commonwealth. || Chacun des dominions a pour roi le roi d'Angleterre. || Les liens de la Couronne et de l'amitié unissent les dominions à la métropole.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dominion — do·min·ion /də min yən/ n 1 a: supreme authority: sovereignty b: a territory over which such authority is exercised c often cap: a self governing nation (as Canada) of the Commonwealth other than the United Kingdom that acknowl …   Law dictionary

  • dominion — DOMINIÓN, dominioane, s.n. Nume mai vechi dat statelor din afara insulelor britanice care fac parte din Imperiul Britanic, având statut de suveranitate şi egalitate în drepturi cu metropola. [pr.: ni on] – Din fr. dominion. Trimis de RACAI, 13.09 …   Dicționar Român

  • Dominion — Do*min ion, n. [LL. dominio, equiv. to L. dominium. See {Domain}, {Dungeon}.] 1. Sovereign or supreme authority; the power of governing and controlling; independent right of possession, use, and control; sovereignty; supremacy. [1913 Webster] I… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Dominion — может относится к: Содержание 1 Кино и телевидение 2 Музыка 3 Компании 4 См …   Википедия

  • dominion — (n.) early 15c., from O.Fr. dominion dominion, rule, power, from M.L. dominionem (nom. dominio), corresponding to L. dominium property, ownership, from dominus (see DOMINATION (Cf. domination)). British sovereign colonies often were called… …   Etymology dictionary

  • Dominion — Saltar a navegación, búsqueda Dominion, de nombre real Matti Mäkelä, es un músico de Suecia que ha pertenecido a la banda de Dark Funeral, grabando y participando del álbum Diabolis Interim y en la gira Diabolis Interium world tour. Fue el… …   Wikipedia Español

  • dominion — ► NOUN 1) sovereignty; control. 2) the territory of a sovereign or government. 3) (Dominion) historical a self governing territory of the British Commonwealth. ORIGIN Latin dominium, from dominus lord, master …   English terms dictionary

  • dominìōn — m 〈G dominióna〉, {{c=1}}v. {{ref}}dominij (3){{/ref}} …   Veliki rječnik hrvatskoga jezika

  • dominion — dominìōn m <G dominióna> DEFINICIJA v. dominij (3) …   Hrvatski jezični portal

  • dominion — control, command, sway, authority, jurisdiction, *power Analogous words: ascendancy, *supremacy: sovereignty (see under FREE adj) …   New Dictionary of Synonyms


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.